Les avantages de l'allaitement

L'importance de l'allaitement fait l'objet d'un consensus international. Cela se reflète dans la recommandation de l'Organisation mondiale de la Santé selon laquelle la mère devrait allaiter exclusivement son bébé au sein pendant ses six premiers mois, et continuer au moins à l'allaiter parallèlement aux aliments solides lors de ses deux premières années. Toutefois, l'allaitement présente bien des avantages, au-delà de ses bienfaits nutritionnels ; il protège le bébé des infections, régule et stimule les systèmes physiologiques de la mère et du bébé et consolide le lien entre la mère et le nourrisson.

Bienfaits pour les mères

Dans les premiers jours suivant l'accouchement, le contact physique entre la mère et le bébé aide à prolonger la période de lactation et peut permettre d'adapter la physiologie de la mère à l'augmentation des besoins énergétiques induite par la lactation. L'allaitement augmente l'attention de la mère envers les besoins de son bébé, accélère l'involution utérine et réduit le risque d'hémorragie. De surcroît, il aide la mère à retrouver le poids qu'elle avait avant sa grossesse et diminue la probabilité de cancer des ovaires ou du sein, de maladie cardiovasculaire et de diabète de type II.

L'allaitement possède des effets antistress sur le long terme : à chaque séance, la mère voit sa pression sanguine et son taux de cortisol diminuer. L'augmentation de cortisol en réponse au stress physique est moins importante que chez les mères allaitant au biberon. Les mères qui allaitent sont généralement plus détendues et ont une vie sociale plus remplie que les femmes du même âge qui n'allaitent pas ou ne sont pas enceintes. En fait, les mères établissant un contact peau à peau juste après la naissance passent davantage de temps avec leur nouveau-né, interagissent davantage avec lui pendant l'allaitement et allaitent plus longtemps.

Bienfaits pour les bébés

Le lait maternel fournit des éléments nutritionnels essentiels (lipides, lactose, protéines et macronutriments) pour la croissance et le développement du bébé, sans oublier une protection intégrale (composants biochimiques et cellulaires) contre les infections. Les bébés nés à terme et alimentés au lait maternel affichent un état nutritionnel, une maturation gastro-intestinale, un neurodéveloppement et un niveau de contrôle des infections et des maladies chroniques nettement meilleurs que les bébés nourris au lait artificiel. Les prématurés auxquels est administré du lait maternel profitent de plus de bienfaits. Par exemple, ils sont moins sujets aux risques d'entérocolite ulcéro-nécrosante (ECUN), d'affection pulmonaire chronique ou de rétinopathie, de retard dans leur neurodéveloppement ou encore de nouvelle hospitalisation.

L'allaitement est également avantageux pour le développement des bébés à différents niveaux : il améliore le neurodéveloppement et les résultats comportementaux et réduit le risque d'obésité et de diabète de type II à l'âge adulte. En outre, l'allaitement renforce la croissance maxillo-faciale normale des bébés, y compris une meilleure dentition, l'activité périorale et du muscle masséter et l'expansion palatine. Il diminue également le risque d'otite.

L'allaitement favorise en outre le lien entre la mère et le bébé. Le contact peau à peau et la stimulation tactile du mamelon, par la succion notamment, déclenchent la libération d'ocytocine, un composant essentiel du réflexe d'éjection du lait. Un lien se crée ainsi entre la mère et son bébé. La libération d'ocytocine accroît également le flux sanguin en direction de la poitrine et des mamelons de la mère, élevant la température de sa peau et constituant un environnement chaud et stimulant pour le nourrisson.

Extraits d'études
Breastfeeding and maternal and infant health outcomes in developed countries (en anglais)

We reviewed the evidence on the effects of breastfeeding on short- and long-term infant and maternal health outcomes in developed countries. ...

Ip S, Chung M, Raman G, Chew P, Magula N, DeVine D, Trikalinos T, Lau J (2007)

Evid Rep Technol Assess (153):1-186
An exclusively human milk-based diet is associated with a lower rate of necrotizing enterocolitis than a diet of human milk and bovine milk-based products (en anglais)

To evaluate the health benefits of an exclusively human milk-based diet compared with a diet of both human milk and bovine milk-based products in extremely ...

Sullivan S, Schanler RJ, Kim JH, Patel AL, Trawöger R, Kiechl-Kohlendorfer U, Chan GM, Blanco CL, Abrams S, Cotten CM, Laroia N, Ehrenkranz RA, Dudell G, Cristofalo EA, Meier P, Lee ML, Rechtman DJ, Lucas A (2010)

J Pediatr. (156):562-7
Références

Altemus, M. et al. Suppression of hypothalmic-pituitary-adrenal axis responses to stress in lactating women. J Clin Endocrinol Metab 80, 2954-2959 (1995).

Chung, M. et al. Interventions in primary care to promote breastfeeding: An evidence review for the U.S. Preventive Services Task Force. Ann Intern Med 149, 565-582 (21-10-2008).

Diouf, J.S. et al. Influence of the mode of nutritive and non-nutritive sucking on the dimensions of primary dental arches. Int Orthod 8, 372-385 (2010).

Gartner, L.M. et al. Breastfeeding and the use of human milk. Pediatrics 115, 496-506 (2005).

Inoue, N., Sakashita, R. & Kamegai, T. Reduction of masseter muscle activity in bottle-fed babies. Early Hum Dev 42, 185-193 (1995).

Ip, S. et al. Breastfeeding and maternal and infant health outcomes in developed countries. Evid Rep Technol Assess (Full Rep) 153, 1-186 (2007).

Kramer, M.S. et al. Effects of prolonged and exclusive breastfeeding on child behavior and maternal adjustment: Evidence from a large, randomized trial. Pediatrics 121, e435-e440 (2008).

Labbok, M.H. and Hendershot, G.E. Does breast-feeding protect against malocclusion? An analysis of the 1981 Child Health Supplement to the National Health Interview Survey. Am J Prev Med 3, 227-232 (1987).

Murray, E.K., Ricketts, S. & Dellaport, J. Hospital practices that increase breastfeeding duration: results from a population-based study. Birth 34, 202-211 (2007).

Nissen, E. et al. Oxytocin, prolactin, milk production and their relationship with personality traits in women after vaginal delivery or Cesarean section. J Psychosom Obstet Gynaecol 19, 49-58 (1998).

Rosenbauer, J., Herzig, P. & Giani, G. Early infant feeding and risk of type 1 diabetes mellitus - a nationwide population-based case-control study in pre-school children. Diabetes Metab Res Rev 24, 211-222 (2008).

Schwarz, E.B. Infant feeding in America: enough to break a mother's heart? Breastfeed.Med. 8, 454-457 (2013).

Sullivan, S. et al. An exclusively human milk-based diet is associated with a lower rate of necrotizing enterocolitis than a diet of human milk and bovine milk-based products. J Pediatr 156, 562-567 (2010).

Uvnas-Moberg, K. and Petersson, M. [Oxytocin, a mediator of anti-stress, well-being, social interaction, growth and healing]. Z Psychosom Med Psychother 51, 57-80 (2005).

Vohr, B.R. et al. Persistent beneficial effects of breast milk ingested in the neonatal intensive care unit on outcomes of extremely low birth weight infants at 30 months of age. Pediatrics 120, e953-e959 (2007).

OMS et UNICEF. Global strategy for infant and young child feeding (Organisation mondiale de la Santé, Genève, 2003).

Widstrom, A.M. et al. Short-term effects of early suckling and touch of the nipple on maternal behaviour. Early Hum Dev 21, 153-163 (1990).

Winberg, J. Mother and newborn baby: Mutual regulation of physiology and behavior - a selective review. Dev Psychobiol 47, 217-229 (2005).