Défis de l'allaitement dans les services de néonatologie

Allaiter des nourrissons prématurés dans les services de néonatologie est loin d'être simple. Les nourrissons fragiles, vulnérables, et dont la santé est à risque ne sont généralement pas en mesure de prendre directement le sein et de se nourrir correctement dès leur naissance. Dans les services de néonatologie, l'allaitement représente une tâche complexe qui nécessite que l'on porte une attention particulière aux besoins de la mère et de son nourrisson.

Difficultés pour le prématuré

Une alimentation orale sûre et efficace requiert non seulement une succion, une déglutition et une respiration adéquates, mais également la coordination de ces trois fonctions pour éviter au mieux les épisodes indésirables d'apnée, de bradycardie, de désaturation et d'aspiration.

Concernant les prématurés, une combinaison de problèmes risque d'affecter leur capacité à se nourrir en toute sécurité, comme l'hypotonie (faible tonicité musculaire), l'immaturité neurologique et gastro-intestinale, les complications médicales sous-jacentes, telles que le reflux gastro-œsophagien et les maladies respiratoires chroniques. Conjointement, ces problèmes nuisent aux efforts déployés par le nourrisson hospitalisé pour créer et maintenir le vide indispensable à l'allaitement et rendent la coordination de la déglutition et de la respiration plus complexe.

Les anomalies congénitales comme la fente labio-palatine peuvent limiter encore la faculté de se nourrir au sein.

Difficultés pour la mère

La naissance prématurée interrompt le développement mammaire chez la mère, qui doit alors s'adapter à la lactation plus tôt que prévu. Les mères d'enfants prématurés, notamment ceux dont le poids est très faible à la naissance, subissent des troubles physiologiques et émotionnels qui peuvent entraver la réussite de l'allaitement .

Lorsque le nourrisson ne peut pas être allaité au sein ou en extraire correctement le lait, la mère doit être accompagnée pour initier une production de lait suffisante et la maintenir.

Le stress dû à la séparation de la mère et de son bébé, ajouté à une stimulation inadéquate du sein, peut contrecarrer la mise en place de l'allaitement et augmenter la probabilité de voir survenir des complications. Un grand nombre de mères de nourrissons prématurés ont, de ce fait, besoin de se faire assister au début par des professionnels de santé et utilisent un tire-lait pour exprimer leur lait pour leur nourrisson. Si leur production de lait s'avère insuffisante, elles pourront avoir momentanément recours à un don de lait.

Circonstances empêchant l'allaitement

Il peut arriver que le lait exprimé doive être enrichi avant d'être administré au nourrisson ou que la mère absorbe des médicaments qui rendent dangereux l'allaitement direct. Le lait de la mère doit parfois subir un traitement comme la pasteurisation qui empêche tout allaitement direct. Dans certains cas, la mère ne peut pas être présente à l'hôpital à chaque séance d'allaitement de la journée.

Lorsque les nourrissons sont incapables de se nourrir au sein, le but premier est de leur procurer du lait maternel tout en développant leurs aptitudes à l'alimentation par voie orale naturelle pour qu'ils puissent être exclusivement allaités au sein dans les meilleurs délais.

Références

McGuire, W., Henderson, G., & Fowlie, P.W. Feeding the preterm infant. BMJ 329, 1227–1230 (2004).

Barlow, S.M. Oral and respiratory control for preterm feeding. Curr Opin Otolaryngol Head Neck Surg 17, 179–186 (2009).

Bertoncelli, N. et al. Oral feeding competences of healthy preterm infants: A review. Int Pediatr 2012, (2012).

Meier, P. Bottle- and breast-feeding: effects on transcutaneous oxygen pressure and temperature in preterm infants. Nurs Res 37, 36–41 (1998).

Lau, C., Smith, E.O., & Schanler, R.J. Coordination of suck-swallow and swallow respiration in preterm infants. Acta Paediatr 92, 721 (2003).

Delaney, A.L. & Arvedson, J.C. Development of swallowing and feeding: Prenatal through first year of life. Dev Disabil Res Rev 14, 105–117 (2008).

Mizuno, K., Ueda, A., Kani, K., & Kawamura, H. Feeding behaviour of infants with cleft lip and palate. Acta Paediatr 91, 1227–1232 (2002).

Reid, J., Reilly, S., & Kilpatrick, N. Sucking performance of babies with cleft conditions. Cleft Palate Craniofac J 44, 312–320 (2007).

Cregan, M., De Mello, T., Kershaw, D., McDougall, K., & Hartmann, P.E. Initiation of lactation in women after preterm delivery. Acta Obstet Gynecol Scand 81, 870–877 (2002).

Meier, P.P. & Engstrom, J.L. Evidencebased practices to promote exclusive feeding of human milk in very low-birthweight infants. NeoReviews 18, c467– c477 (2007).

Lau, C. Effects of stress on lactation. Pediatr Clin North Am 48, 221–234 (2001).

Chatterton, R.T., Jr. et al. Initiation and frequency of pumping and milk production in mothers of non-nursing preterm infants. Influence of stress. J Clin Endocrinol Metab 85, 3661–3668 (2000).

Dewey, K.G. Maternal and fetal stress are associated with impaired lactogenesis in humans. J Nutr 131, 3012S-3015S (2001).

Newton,M. & Newton,N. The let-down reflex in human lactation. J Pediatr 33, 698–704 (1948).

Schanler R.J., Lau, C., Hurst, N.M., & Smith, E.O. Randomized trial of donor human milk versus preterm formula as substitutes for mothers’ own milk in the feeding of extremely premature infants. Pediatrics 116, 400–406 (2005).

Schanler,R.J. The use of human milk for premature infants. Pediatr Clin North Am 48, 207–219 (2001).

Hale, T.W. Medications and Mothers’ Milk (Hale Publishing, Plano TX, 2014).

Hamprecht, K. et al. Cytomegalovirus (CMV) inactivation in breast milk: Reassessment of pasteurization and freeze-thawing. Pediatr Res 56, 529–535 (2004).

Meier, P.P., Engstrom, J.L., Patel, J.L., Jegier, B.J. & Bruns, N.E. Improving the use of human milk during and after the NICU stay. Clin Perinatol 37, 217–245 (2010).