Trop de lait maternel ? Comment réduire la surproduction

Parfois, vous avez peut-être l'impression de produire trop de lait maternel, en particulier au cours des premières semaines d'allaitement. Lisez notre article pour savoir si vous produisez réellement trop de lait et comment y remédier

Breast milk supply: not enough breast milk

Le lait maternel fait des merveilles au quotidien, alors en produire énormément est une bonne chose, n'est-ce pas ? Eh bien, pas toujours... Certains bébés sont gênés par le débit rapide qui accompagne généralement une production de lait surabondante. Et les mamans qui produisent trop de lait se sentent souvent très mal à l'aise avec des fuites de lait fréquentes ou constantes. Elles sont plus susceptibles de souffrir de mastites récurrentes. 

Heureusement, plusieurs stratégies peuvent y remédier. Mais avant de tenter quelque chose, posez-vous ces deux questions essentielles :

Ai-je vraiment trop de lait maternel ?

Certains symptômes de surproduction (décrits ci-après) peuvent avoir plusieurs autres causes. Il est imprudent d'essayer de réduire votre production de lait tant que vous n'êtes pas certaine que la surproduction constitue le fond du problème. Dans le cas contraire, votre production de lait maternel pourrait ne pas suffire aux besoins de votre bébé. C'est particulièrement important pendant le premier mois, lorsque vous tentez d'amorcer votre production.

La surproduction pose-t-elle un problème pour moi ou mon bébé ?

Si vous êtes certaine de produire trop de lait maternel, mais que cela vous convient à vous et à votre bébé, inutile de faire quoi que ce soit. Dans la plupart des cas, tout se met en place au cours des premiers mois. À mesure que votre bébé grandit, il s'habitue au débit rapide et commence même à l'apprécier !

Une fuite n'est pas toujours causée par une surproduction de lait maternel

Pendant les quatre à six semaines suivant la naissance de votre bébé, vos niveaux de prolactine, l'hormone de production du lait, augmentent chaque fois que du lait est extrait de vos seins. Au cours de ces premières semaines, vos seins évaluent la quantité de lait maternel dont a besoin votre bébé et la quantité à produire toutes les heures. Par conséquent, des fuites excessives et des seins qui se remplissent rapidement (et même font gicler du lait pendant l'écoulement) sont des phénomènes courants et normaux.1

Votre nouveau-né apprend en même temps à coordonner sa succion et sa déglutition, attendez-vous donc également à ce qu'il tousse et crachote sur votre sein.

Après quatre à six semaines, vos pics de prolactine diminueront progressivement et votre production de lait commencera à suivre un processus « d'offre et de demande » simple basé sur les besoins de votre bébé.2 Mais avec ces nombreux changements hormonaux se produisant dans votre corps de jeune maman, il n'est pas surprenant que votre corps ait besoin de temps pour s'adapter. Chez certaines mamans, la production de lait s'installe rapidement, tandis que pour d'autres, cela prend un peu plus de temps.

Signes de surproduction de lait maternel pour votre bébé

Une production de lait surabondante semble aller de pair avec un débit rapide, en particulier pendant le premier écoulement. Votre bébé peut y réagir en toussant et crachotant au début d'une tétée, en s'accrochant, en mordillant ou en tenant le sein sans serrer dans sa bouche. Il peut lâcher votre sein car le débit rapide peut le surprendre, puis pleurer car son repas a été interrompu. Il avalera probablement d'importants volumes de lait avec beaucoup d'air et pourrait en recracher beaucoup et avoir des rots fréquents. Accompagnez son rot aussi doucement que possible. Des mouvements brusques combinés à un ventre rempli rapidement peuvent causer des vomissements et indisposer certains bébés.

Au début d'un allaitement, le lait que votre bébé ingère est relativement faible en graisse et se compose principalement de lactose (sucre) et de protéines. Au fil de la séance et à mesure que votre sein se vide, la teneur en lipides de votre lait augmente régulièrement. En cas de surproduction, votre bébé peut être rassasié avant d'avoir complètement vidé votre sein. Cela signifie qu'il reçoit abondance de lait maternel riche en lactose, mais pas autant de lait riche en matière grasse qui s'écoule à la fin d'une séance d'allaitement. Un excès de lactose, plutôt qu'un repas équilibré, peut être difficile à digérer pour les bébés, ce qui entraîne des selles verdâtres, mousseuses et explosives.

Paradoxalement, dans cette situation, il se peut que votre bébé veuille s'alimenter en permanence et soit difficile entre les tétées. Bien qu'il ingère beaucoup de calories, la faible teneur en lipides du lait ne lui permet pas d'être pleinement rassasié. C'est le gras contenu dans les aliments qui nous donne la sensation de satiété. Imaginez que vous mangez une douzaine de galettes de riz et que vous mangez du fromage et des biscuits. Le fromage vous donnera davantage la sensation de satiété car il contient davantage de graisses.

Cependant, tous les symptômes ci-dessus peuvent avoir d'autres causes, notamment les reflux, les allergies ou même, à l'inverse, une faible production de lait. Une surproduction de lait maternel est susceptible d'en être la cause uniquement si elle est associée à une prise de poids excessive. Les bébés prennent environ 900 g (2 lb) par mois, mais en cas de surproduction, ils prennent davantage de poids, souvent le double.1 Si votre bébé semble présenter des symptômes de surproduction, mais qu'il prend un poids moyen, consultez une consultante en lactation ou demandez conseil à une spécialiste de l'allaitement.

Symptômes de surproduction que vous pourriez ressentir

Les mamans produisant trop de lait maternel éprouvent souvent une sensation inconfortable d'engorgement, de tension et de trop-plein permanent.3 Comme nous l'avons vu, une fuite de lait maternel est normale dans les six premières semaines environ et n'est généralement pas un signe de surproduction. Mais passé cette période, si vous avez des fuites chaque fois que votre bébé se nourrit, il y a peut-être un problème.

Un bébé n'étant pas toujours en mesure de vider un sein plein, une surproduction provoque souvent le blocage des canaux ou des accès de mastite répétés. Toutefois, ces problèmes peuvent également avoir d'autres causes.

Comment diminuer la production de lait

Si vous avez vérifié que vous produisez trop de lait maternel et que cela vous pose problème, voici quelques mesures simples qui peuvent être utiles. Pour certaines mamans, ces mesures suffisent :

  • Essayez d'allaiter allongée. Allaiter en position inclinée ou couchée peut être utile car votre bébé peut ainsi mieux contrôler son alimentation. Il peut définir un rythme et lever la tête pour faire une pause si votre débit est trop rapide pour lui. N'oubliez pas de placer une serviette en dessous de vous pour absorber l'excès de lait !
  • Relâchez la pression. Si vous ressentez un inconfort considérable au niveau des seins, vous pouvez exprimer un peu de lait manuellement ou avec un tire-lait pour les soulager, mais tentez d'en exprimer le moins possible. À chaque extraction de lait, vous envoyez à vos seins le message d'en produire davantage. Par conséquent, bien que l'expression vous soulage temporairement, cela pourrait aggraver le problème. Si vous avez besoin d'exprimer et de conserver du lait pour les moments où vous n'êtes pas avec votre bébé, mieux vaut attendre d'avoir réglé votre souci de surproduction.
  • Essayez les coussinets d'allaitement. Si vous avez des fuites de lait, placer des coussinets d'allaitement ou des coupelles recueil-lait dans votre soutien-gorge pour vous aider à rester au sec. Si vous avez des fuites de lait maternel légères à modérées ou que vous avez des fuites pendant la grossesse, les coussinets à usage unique Ultra Thin vous permettront de vous sentir sereine et au sec en toute discrétion.   
  • Évitez les tisanes et les compléments favorisant la lactation. Si vous avez bu des tisanes, mangé des biscuits ou pris des compléments à base de plantes pour favoriser la production de lait maternel les premiers jours, arrêtez car il se peut qu'ils constituent une partie du problème.

Bloquez l'allaitement pour réduire la production de lait

Si vous avez essayé les solutions ci-dessus et que vous ou votre bébé avez toujours des problèmes, la technique de blocage de l'allaitement pourrait ramener votre production à un niveau plus facilement gérable. Mais parlez-en avec une consultante en lactation ou une spécialiste en allaitement avant d'essayer cette méthode.

Lorsque vous bloquez l'allaitement, vous allaitez votre bébé lorsqu'il le souhaite sur une période de quatre heures, mais d'un sein uniquement. Votre autre sein se remplit alors complètement de lait. Votre lait maternel contient du FIL (pour feedback inhibitor of lactation), une protéine qui indique de freiner la production de lait lorsque le sein est excessivement plein. Votre corps s'assure ainsi que vos seins ne se remplissent pas continuellement.

Essayez cette technique pendant 24 heures en changeant de sein toutes les quatre heures. Si vous ne constatez aucune amélioration, vous pouvez augmenter la durée des blocages à six heures.

Drainage complet et technique de blocage de l'allaitement

Si vous ne constatez aucune amélioration après 24 heures supplémentaires, il existe une variante de cette technique qui peut convenir aux mamans avec une surproduction extrême : le drainage complet et le blocage de l'allaitement.3

Avec cette méthode, vous utilisez un tire-lait électrique pour vider totalement vos seins en début de journée, puis vous nourrissez votre bébé immédiatement après. Le débit sera plus faible, ce qui signifie que votre bébé devrait pouvoir mieux gérer. Il bénéficiera également du lait à plus forte teneur en graisse qui s'écoule à la fin d'une séance d'allaitement et se sentira plus rassasié.

Vous pouvez alors commencer à bloquer l'allaitement pendant quatre heures à la fois, comme indiqué ci-dessus. Si cette technique n'est pas efficace, bloquez pendant six heures, huit ou douze heures le lendemain, selon la gravité du problème de surproduction. Consultez un professionnel de santé avant de tenter cette technique.

Vous n'aurez peut-être pas à drainer totalement vos seins une nouvelle fois, mais certaines mamans doivent recommencer une ou deux fois. Certaines mamans constatent une amélioration après un ou deux jours, voire plus, mais le blocage de l'allaitement ne doit pas se poursuivre plus de cinq jours.

Références

1 Morbacher N. Breastfeeding answers made simple. Amarillo TX, USA: Hale Publishing; 2010.

2 Cox DB et al. Blood and milk prolactin and the rate of milk synthesis in women. Exp Physiol. 1996;81(6):1007-1020.

3 van Veldhuizen-Staas CG. Overabundant milk supply: an alternative way to intervene by full drainage and block feeding. Int Breastfeed J. 2007;2(1):11.