Tirer son lait au travail : astuces et conseils de mères

Si vous reprenez votre vie professionnelle, mais que vous souhaitez que votre bébé continue à bénéficier de votre lait maternel, voici comment vous préparer à exprimer votre lait sur votre lieu de travail.

Pumping at work: Tips and mums' advice

Même si votre employeur vous soutient dans votre choix, il se peut que vous ayez des inquiétudes quant à l'expression de votre lait au travail. Vos collègues se montreront-ils compréhensifs face à vos pauses régulières ? Votre intimité sera-t-elle préservée ? Bonne nouvelle, en communiquant et en la planifiant correctement, l'expression de votre lait au travail se passera bien pour vous, pour votre employeur et pour votre bébé.

Voici nos dix meilleurs conseils pour tirer votre lait au travail.

1 : Soyez informée de vos droits
Dans de nombreux pays, la législation vous autorise à exprimer votre lait maternel pour votre bébé au travail, et votre employeur doit vous accorder du temps pour tirer votre lait régulièrement.

2 : Soyez préparée
Assurez-vous de disposer de tout ce dont vous avez besoin pour exprimer, recueillir, stocker et transporter votre lait maternel. La chose la plus évidente est un tire-lait (un tire-lait électrique double est la méthode la plus rapide et fournit le meilleur rendement de lait).1 Il est judicieux de disposer d'un deuxième tire-lait pour le travail afin de ne pas avoir à le transporter chaque jour. Autres équipements utiles :

3 : Discutez avec vos collègues
Vous n'êtes pas obligée de dire à vos collègues que vous tirez votre lait, mais cela pourrait les aider à comprendre et à accepter. Vous pourriez vous rapprocher d'une collègue qui exprime son lait également pour être votre « partenaire d'expression » et vous soutenir mutuellement.

4 : Trouvez un endroit adapté
Votre employeur doit vous proposer une pièce privative (pas des toilettes) pour exprimer votre lait. Il peut s'agir d'une infirmerie ou d'une salle de réunion ou de n'importe quelle autre pièce où vous pouvez tirer votre lait confortablement sans être dérangée.

5 : Pensez à la conservation
Trouvez un endroit sûr et frais où stocker votre lait maternel. S'il s'agit d'un réfrigérateur partagé, étiquetez clairement les biberons et sachets de conservation de votre lait.

6 : Préserver la fraîcheur
Le lait que vous exprimez un jour peut être donné le lendemain à votre bébé, de cette manière, il est en principe inutile de le congeler. Lorsqu'il est conservé au frais dans le réfrigérateur (et dans un compartiment réfrigérant lorsque vous le transportez du travail à la maison), votre bébé peut boire votre lait maternel sous trois jours en toute sécurité, ou dans les cinq jours qui suivent si les conditions de propreté sont optimales.2,3 Lisez notre article sur le conservation du lait maternel pour obtenir des conseils supplémentaires.

7 : Accordez-vous du temps
Tirez votre lait chaque fois que votre bébé tèterait en temps normal. Cela vous aidera à collecter assez de lait pour ses repas et à maintenir votre production de lait maternel.

8 : Un peu de pratique
Prévoyez une journée pour vous entraîner afin de tester l'expression du lait au travail. Ou reprenez le travail un vendredi, afin de vous familiariser avec l'expression et le transport de votre lait avant de vous atteler à une semaine entière d'expression.

9 : Faites une pause
Si la garderie de votre bébé se situe près de votre lieu de travail, des pauses allaitement pour allaiter votre bébé à la garderie peuvent constituer une bonne alternative à l'expression.

10 : Prenez soin de vous
Combiner le travail avec son rôle de parent et l'allaitement est fatigant, en particulier au début ou si votre bébé se réveille encore la nuit. Une chose à la fois : prenez soin de vous et rassurez-vous, tout devient plus simple à mesure que bébé grandit. Vous vous habituerez tous les deux à ce bouleversement.

Tirer son lait au travail : témoignages de mères

Ces mères ont toutes vécu différemment l'expression du lait au travail, mais ont réussi à l'intégrer dans leur quotidien.

« J'emportais toujours un compartiment réfrigérant avec moi »

« J'ai abordé la question de l'expression avec mon responsable hiérarchique trois mois avant mon retour au travail. Il a commandé un store qui a été installé sur la porte verrouillable de mon bureau pour garantir mon intimité. »

« J'exprimais manuellement un biberon de lait maternel dans mon bureau et je conservais mon lait dans un compartiment réfrigérant étiqueté dans le réfrigérateur de la cuisine. Lorsque je travaillais hors du bâtiment, je trouvais un endroit intime. J'avais toujours un biberon et un compartiment réfrigérant avec moi. »

« Si je ne parvenais pas à exprimer assez de lait pendant mes heures de travail, je complétais en exprimant une fois de retour à la maison. De cette manière, mon fils en avait toujours assez pour la garderie le lendemain. » Lily, deux enfants, Royaume-Uni.

« J'ai été très soutenue par mon entreprise »

« Je n'ai eu aucune difficulté à tirer mon lait au travail car mon entreprise a mis de bonnes installations à ma disposition et j'ai été très soutenue. On m'a donné tout le temps dont j'avais besoin. »

« Sur le plan logistique, une certaine préparation a été nécessaire pour disposer d'un équipement propre chaque jour et je devais toujours transporter mon tire-lait. Aujourd'hui, mon entreprise dispose de son propre tire-lait multi-utilisatrice dans la salle de garderie et fournit un set d‘accessoires pour tire-lait à chaque jeune maman, il est donc inutile d'apporter son équipement. »

« Soyez préparée. Prenez la situation avec humour si possible et essayez de vous détendre et de profiter du moment. » Aleyda, un enfant, Pays-Bas.

[H3] « J'ai eu du mal à trouver une salle pour exprimer mon lait »

« J'ai rencontré des difficultés pour exprimer mon lait au travail. L'espace, notamment, ne convenait pas. La communication était délicate avec le personnel des ressources humaines ou avec les responsables masculins qui ne comprenaient pas toujours mes besoins. »

« Pour mon premier bébé, je travaillais dans une grande société qui a mis à ma disposition une pièce pour que j'exprime mon lait. Mais j'avais du mal à prendre des pauses et à tirer assez de lait pour répondre aux besoins de mon bébé. Je voulais continuer à utiliser mon ordinateur portable pendant l'expression afin de ne pas prendre de retard, mais la pièce ne disposait pas d'une table adaptée. Au bout de deux semaines, j'ai dû compléter l'alimentation de mon bébé avec du lait artificiel. »

« Pour mon deuxième bébé, j'étais déterminée à persévérer. Mon lieu de travail était bien plus petit (un centre sportif), il était donc difficile de trouver une pièce appropriée. Au début, on m'a proposé l'infirmerie, mais il y faisait vraiment froid et n'importe qui pouvait y entrer. Finalement, on m'a trouvé une salle plus appropriée, mais parfois la clé se volatilisait !

Je dirais aux autres mères : informez-vous de vos droits et faites-les valoir ! Rassurez-vous, votre employeur a besoin de vous au travail. Les problèmes découlent souvent d'un manque d'organisation ou de connaissances, plutôt que d'une marque d'hostilité. Cela peut être difficile, mais ça en vaut la peine. Je recommande également les tire-laits Medela. » Elisabeth, deux enfants, Royaume-Uni.

« Je peux travailler et tirer mon lait en même temps »

« En plus de mon tire-lait, j'avais besoin d'un soutien-gorge d'expression en mains libres, de coussinets d'allaitement pour les fuites et de vêtements permettant un accès facile aux seins pour gagner du temps. Je peux travailler et tirer mon lait en même temps, mais des amies n'y parviennent pas et ont besoin de se détendre pendant qu'elles expriment leur lait. »

« Mon entreprise dispose de plusieurs salles d'expression pour les mères, je dois réserver des créneaux. Je bouge beaucoup, je dois donc réserver des salles dans différents bâtiments et à proximité de réunions importantes. »

« Le plus difficile, ce sont les conférences ou les événements pour lesquels les organisateurs n'envoient pas de programme. Je ne peux donc pas prévoir quand je peux m'absenter. Et lorsque les choses s'éternisent, je dois partir ! » Natalie, un enfant, États-Unis

« Personne ne m'a reproché les pauses que je prenais pour exprimer mon lait »

« Les premiers mois, j'allaitais mon fils à la maison le matin avant d'aller au travail pour 10h, puis je tirais mon lait une ou deux fois au travail, je retrouvais mon fils à la crèche vers 17h30 où je l'allaitais ; je le ramenais à la maison, je congelais le lait exprimé et je l'allaitais de nouveau avant d'aller au lit. »

« Vous devez clarifier votre intention d'exprimer votre lait à votre employeur et vos collègues assez tôt afin qu'ils puissent respecter votre souhait. Personne ne m'a reproché les pauses que je prenais pour exprimer mon lait, bien au contraire. Il y avait d'autres parents dans mon service, notamment deux jeunes mères qui exprimaient aussi leur lait. Cela m'a beaucoup aidée. Avoir des personnes avec qui partager son expérience fait une énorme différence. » Jess, un enfant, Argentine.

Références